3ème Dire à l'Expert CHAÎNE : Déclarations comparées...

3ème Dire à l'Expert CHAINE :
Déclarations comparées du Dr TAZARTES et des Experts judiciaires Laurent LAROCHE et Gilles CHAINE

Le 1er juillet 2007, j'envoyais à l'Expert Gilles CHAINE trois nouveaux Dires à Expert, rédigés après avoir pris connaissance de la déclaration du Dr TAZARTES de novembre 2002 et l'avoir comparée aux écrits des Experts LAROCHE et CHAINE. Le troisième d'entre eux s'intitulait : « Déclarations comparées du Dr TAZARTES et des Experts ».

Le Dr TAZARTES a donné sa déclaration aux Experts judiciaires, de la main à la main. Je n’ai pas, du tout, eu connaissance de l’existence de cette déclaration lors de la 1ère expertise. Le Pr CHAINE (2ème expertise) a fini par me l’envoyer avec 2 mois de retard, après avoir rédigé son pré-rapport. Il n’a pas répondu à mes observations sur le sujet – sous prétexte que je les lui avais communiquées en retard – et n’a pas modifié son rapport d’expertise.

----------

La comparaison des trois textes met en évidence leur parfaite similitude. Les discours des Experts apparaissent, non pas comme l’aboutissement d’un travail d’expertise personnel, honnête et rigoureux, mais comme la simple répétition des déclarations du Docteur TAZARTES, dont ils reproduisent les erreurs et les fausses déclarations. Le résultat équivaut à une véritable désinformation, visant à exonérer les chirurgiens de toute responsabilité médicale – au mépris du bon sens, des examens et comptes-rendus décrivant mon état, des données acquises de la science et de la pratique médicales, ainsi que des règles de déontologie de l’expertise judiciaire.

Voici quelques exemples :

Ø  La malocclusion palpébrale, non pathologique en elle-même, pour laquelle j’étais allée consulter le Docteur  TAZARTES, et l’exophtalmie bénigne que j’avais depuis 15 ans, devient « orbitopathie /  ophtalmopathie dysthyroïdienne », « myopathie dysthyroïdienne » et « exophtalmie disthyroïdienne pouvant compromettre la vision ».

Ø  La malocclusion palpébrale, pour laquelle le Docteur TAZARTES m’a prescrit une 1ère DOO et pour laquelle le Docteur KRASTINOVA m’a prescrit une deuxième DOO, est niée ou rendue « subjective » – alors que le Docteur TAZARTES l’a aggravée en fixant les ligaments palpébraux en deçà de leur point de fixation d’origine. A ce sujet, je voudrais que le Dr TAZARTES et les Experts expliquent ce qu’ils entendent par  « malocclusion subjective » 

Ø  Tous les autres dommages que j’ai établis sont pareillement niés, ou passés sous silence.

Ø  La diplopie, manifeste dans toutes les positions du regard, y compris en position primaire, est réduite au « regard inférieur extrème latéral gauche » (en contradiction avec tous les examens et comptes-rendus) ;

Ø  L’œil le plus atteint ne serait plus le droit, mais le gauche (en contradiction avec les tous les examens et comptes-rendus) ;

Ø  L’insuffisance de divergence devient une insuffisance de convergence (en contradiction avec les tous les examens et comptes-rendus) ;

Ø  La décompressions orbitaire par voie coronale n’aurait plus d’incidence sur et ne modifierait plus les fentes palpébrales ;

Ø  Le raccourcissement des fentes palpébrales et le relâchement subséquent des paupières inférieures n’aggraveraient pas la malocclusion. (En d’autres termes, la longueur de la tringle n’a plus d’incidence sur le froncé du rideau et votre rideau sera tendu ou détendu de la même façon, que vous l’adaptiez sur une tringle de 1 mètre ou sur une tringle de 2 mètres) ;

Ø  Les décompressions orbitaires par voie coronale n’auraient plus d’incidence sur la vision comme sur la motilité oculaire (atteinte des muscles, de l’acuité visuelle, du champ visuel, de la vision nocturne)

Etc. (Voir tableau des 3 textes en vis-à-vis) 

Quelques autres déclarations aberrantes ou déplacées :

1er Rapport

« Il est toutefois à constater que l'occlusion simple d'un œil supprime la diplopie, et donc la position anti-diplopique correspondante. » (p. 11)

« … la totalité des troubles allégués par Madame RUCHER disparaissent à l'occlusion d'un œil. On peut s'interroger sur l'inaptitude éventuelle pour un monophtalme à exercer une profession intellectuelle. » (p. 12)   

2ème Rapport

« Une chirurgie uniquement palpébrale aurait été vraisemblablement responsable d'un ptosis, à savoir une chute de la paupière supérieure.» (p. 9)

2ème Rapport

« Concernant… le choix de la voie d'abord qui a été coronale, l'expert tient à préciser qu'il est tout à fait acceptable et a  l'avantage de ne pas faire de cicatrice trop visible » (p. 8)

2ème Rapport

« … l'acuité visuelle non corrigée n'a absolument aucune signification chez le sujet myope… » (p.  15) [N.B. Le Pr CHAINE sait très bien que l’on parle de l’acuité visuelle corrigée – puisqu’il l’a mesurée lui-même. En outre, ce n’est pas ma myopie qui augmente, mais mon acuité visuelle qui baisse constamment, de près comme de loin, sans que l’on puisse la corriger ou faire quoi que ce soit pour y remédier.]

1er Rapport

« Toutefois, apparaît en post opératoire une diplopie (vision double) dans le regard en bas. » (p.  4) « Par ailleurs un test de Hess-Lees montre l'absence de paralysie oculomotrice. Il existe une bonne vision binoculaire avec une bonne amplitude de fusion. » (p. 12)

2ème Rapport

« …le Docteur TAZARTES propose une chirurgie de décompression avec l'espoir que » (p. 9)

2ème Rapport

« …le Docteur KRASTINOVA espérait que la diplopie régresserait après la décompression. »

 

Azureine, victime de fautes médicales et d’expertises judiciaires bidon

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×